Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Prix Pierre-François Caillé 2015

Prix Pierre-François Caillé 2015

Le prix Pierre-François Caillé de la traduction, fondé en 1981 par la Société française des traducteurs (SFT), avec le concours de l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT), récompense un traducteur en début de carrière, c’est-à-dire ayant moins de trois ouvrages publiés à son actif.

Remis le 4 décembre 2015 à  l’Institut hongrois (Paris), il récompense cette année :

Pierre contre ciseaux

Sophie Hofnung
pour sa traduction de l’espagnol (Argentine) du roman d’Inés Garland, Pierre contre ciseaux (École des Loisirs).

Après des classes préparatoires, des études de Lettres modernes et d’Histoire, Sophie Hofnung a travaillé dans l’édition. C’est son expérience du travail sur les textes et son intérêt particulier pour les textes traduits qui l’ont amenée à franchir le pas et à devenir elle-même traductrice. Elle fait partie de la promotion 2015-2016 de l’École de traduction littéraire (ETL).

 

 

 

Le jury a également choisi de décerner cette année deux mentions spéciales : la première à Anne Cohen-Beucher pour DJ Ice de Love Maia (Alice éditions) , la seconde à Marie-Anne de Béru, traductrice de Will le magnifique, de Stephen Greeblatt (Flammarion)

Voici le nom des  finalistes :
Marie-Anne de Béru, pour sa traduction de l’anglais (États-Unis) de Will le Magnifique (Stephen Greenblatt, Flammarion) ;
Anne Cohen-Beucher, pour sa traduction de l’anglais (États-Unis) de DJ Ice (Love Maia, Alice Editions) ;
Mariana Cojan Negulescu, pour sa traduction du roumain de L’Anonyme flamand (Constantin Mateescu, Editions Le Soupirail) ;
Etienne Gomez, pour sa traduction de l’anglais (Afrique du Sud) de Un voyage à Arras, vie et mort d’Isaac Rosenberg (Shaun Levin, Christophe Lucquin Editeur) ;
Michelle Ortuno, pour sa traduction de l’espagnol (Espagne) de La véritable histoire de Matias Bran (Isabel Alba, La Contre Allée) ;
Gwilym Tonnerre, pour sa traduction de l’anglais (États-Unis) de Le petit déjeuner des champions (Kurt Vonnegut, Editions Gallmeister).

0 Avis

Laisser une réponse