Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

L’œuvre d’Assia Djebar dans la langue de l’autre : journée d’étude

L’œuvre d’Assia Djebar dans la langue de l’autre : journée d’étude

Samedi 13 juin au Centre culturel algérien de Paris

L’œuvre d’Assia Djebar a été traduite dans une vingtaine de langues. Le premier traducteur dans l’œuvre est l’écrivaine elle-même. Tout au long de son chemin d’écriture, Assia Djebar a cherché à écrire l’oralité féminine algérienne arabe et berbère dans la langue française. Cette transposition d’une langue à l’autre la questionnait sans cesse : comment transformer cette oralité par écrit avec sa rythmicité particulière et ses silences, dans la langue du colonisateur, définie ensuite par elle comme la langue de l’autre, tout en ayant conscience que la langue originelle perd inéluctablement de sa substance poétique et musicale. Pour combler cette insuffisance et dépasser cette limite, elle est passée par le cinéma. « L’image-son » lui a permis de réintroduire cette oralité première afin de circuler entre quatre langues : le berbère, l’arabe dialectal, l’arabe classique et le français selon la réalité algérienne d’hier et d’aujourd’hui qui n’a jamais connu de monolinguisme. La complexité de la démarche de traduction dans le cas de l’œuvre d’Assia Djebar sera le sujet de lajournée d’étude.

Organisatrices : Amel CHAOUATI (Cercle des Amis d’Assia Djebar) et Mounira CHATTI (Université de la Nouvelle-Calédonie)

Centre Culturel Algérien à Paris
171, rue de la Croix Nivert
75015 Paris
Entrée libre

Pour tout renseignement complémentaire, se rendre sur le site du Centre.

 

0 Avis

Laisser une réponse