Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

À lire / décembre 2013

À lire / décembre 2013

Un article sur la traduction professionnelle et l’enseignement de la traduction en France
d’Yvon KEROMNES (ATILF Université Paul Verlaine-Metz & CNRS, France)

Résumé
A-t-on raison d’opposer la traduction universitaire à la traduction professionnelle en France ? Dans ce pays, des universitaires responsables de l’enseignement des deux types de pratique s’entendent sur la nécessité de cette distinction, mais leurs présupposés s’opposent. Les premiers supposent la traduction professionnelle « peu fidèle », les seconds la traduction universitaire gauche et pesante. Il est pourtant paradoxal d’opposer ainsi deux types de traduction qui visent, par l’enseignement, à conduire les étudiants vers une forme d’excellence. C’est donc sur la place de la traduction dans l’enseignement universitaire qu’il convient de s’interroger ici.

Un article de William Desmond sur la traduction, intitulé « Traduire, une histoire de maux », sur le blog de Pierre Assouline.

Un article (en anglais), intitulé « If you had one year to live, how would you spend it ? », sur l’éditeur et traducteur britannique Peter Carson (décédé en janvier dernier), à propos de sa traduction de La mort d’Ivan Ilitch de Tolstoï.

– Un entretien avec Claude Demanuelli, traductrice de Michael Cox, Susan Minot, Arundhati Roy, Virginia Woolf, entre autres.

À écouter :
« Écrire, traduire, dans l’entre-deux des langues »
Avec Leslie Kaplan, écrivain (Éditions P.O.L), et Rosie Pinhas-Delpuech, écrivain, traductrice et directrice de la collection « Lettres hébraïques », chez Actes Sud.
Conférence donnée dans le cadre des mardis de la Bulac et du cycle « Littératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l’espace littéraire mondial »