Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

De la vérole au visage grêlé

De la vérole au visage grêlé

Rien de plus simple en apparence que de traduire les quelques mots catalans qui suivent :  « …el rostre gravat per la verola ». (Littéralement : « le visage gravé par la vérole »)
Mais la vérole recouvre en fait plusieurs maladies. Son acception moderne en fait un synonyme d’une maladie vénérienne, la syphilis, qui ne laisse pas de cicatrices sur la peau.
Jusqu’au XVe siècle, la vérole était en revanche : « une maladie éruptive qui laisse des traces en creux sur la peau ».
Quelques siècles plus tard, la « petite vérole » devient une autre façon de nommer la variole qui laisse, tout comme l’antique vérole, des marques indélébiles.
Petite vérole, donc.
Mais « marqué » est moins fort que le « gravé » catalan.
Or, il existe en français un mot pour dire tout cela d’un seul coup !
Il s’agit du mot grêlé.
« Un visage grêlé » signifie exactement, selon le Grand Robert : « un visage marqué par la petite vérole. »
Mais qui le sait, aujourd’hui ?
Après bien des hésitations, j’ai finalement opté pour la traduction la plus claire et plus compréhensible par tous : « un visage marqué par la petite vérole »…
Abandonnant à regret ce « grêlé » si évocateur des cicatrices en creux sur un visage.

Cathy Ytak