Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Contrepoint n° 5 : Traducteurs et visibilité

Contrepoint n° 5 : Traducteurs et visibilité

La visibilité pour tous le types de traducteurs, et plus particulièrement pour les traducteurs littéraires, fait souvent l’objet de débats passionnés, surtout en ce moment. Être visible est parfois une nécessité ; parfois, au contraire, c’est un danger. Dans ce nouveau numéro, Contrepoint se penche sur différentes expériences de la visibilité et de ses conséquences pour les traducteurs.

 

Mascha Dabić, traductrice littéraire et autrice d’un roman qui parle d’une interprète, décrit les différences entre la visibilité du traducteur et celle de l’écrivain.

Marta Morros Serret évoque le traitement souvent dédaigneux réservé à la littérature jeunesse et à ses traducteurs, et dessine des pistes pour y remédier.

Arnaud Pasquali détaille comment l’UE cherche à contribuer à la visibilité des traducteurs littéraires en prenant en compte les diverses facettes de leur rôle dans le marché du livre.

Maya Hess raconte l’histoire de l’association Red T, qui se bat pour attirer l’attention sur la situation souvent extrêmement précaire des interprètes et traducteurs en zone de conflit, souvent oubliés.

Depuis le Belarus, on nous explique comment le régime s’emploie activement à effacer la visibilité de la littérature du pays en s’en prenant à ses auteurs, à ses traducteurs et à ses lecteurs

Tout cela et plus, vous le trouverez dans le dernier numéro de Contrepoint en ligne.

La revue Contrepoint est gratuite. Pour télécharger le no 5 (et les précédents), cliquez ici.

Pour recevoir les prochains numéros directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ici.

Contrepoint, la revue européenne des traducteurs littéraires est une publication en ligne du Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL) et paraît deux fois par an en anglais et en français.