Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Tiroir aux citations

  • La traductologie est à la traduction ce que l’ornithologie est à l’oiseau.
    Anonyme
  • Mais peut-on rendre un style dans un autre langage ? Traduire revient à désoiselliser (à dé-chanter). Cela coupe tous les effets de mon jeu verbal, de mes expérimentations sur le « vrai parler russe » : la traduction défrise et raplatit ma tignasse sorcière, seule une petite mèche pointe et brille encore ici ou là.
    Alexeï Rémizov, La Flûte aux souris, trad. A.-M. Tatsis-Botton
  • Écrire un ouvrage original dans sa langue, c’est consommer ses propres richesses ; traduire, c’est importer en quelque façon dans sa langue, par un commerce heureux, les trésors des langues étrangères.
    Abbé Jacques Delille, Les Géorgiques
  • Une traduction est d’autant meilleure qu’elle ne paraît pas en être une, mais un texte original, coulant de source.
    Ivan Tourgueniev, Faust, trad. M. Vorotchenko
  • Genre littéraire (…) le plus difficile et le plus ingrat que je connaisse.
    Alexandre Pouchkine, lettre en français au prince N. B. Golitsyne
  • Traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive.
    Pierre Leyris, Extrait d’une interview dans Le Monde
  • Un bon traducteur doit bien savoir la langue de l’auteur qu’il traduit, mais mieux encore la sienne propre, et j’entends par là : non point seulement être capable de l’écrire correctement, mais en connaître les subtilités, les ressources cachées ; ce qui ne peut guère être le fait que d’un écrivain professionnel. On ne s’improvise pas traducteur.
    André Gide, Lettres à André Thérive
  • C’est en vain que nos Josué littéraires crient à la langue de s’arrêter ; les langues ni le soleil ne s’arrêtent plus. Le jour où elles se fixent, c’est qu’elles meurent.
    Victor Hugo, préface de Cromwell