Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Tiroir aux citations

  • Il ne suffit pas de bien comprendre un auteur pour le bien rendre ; que ce n’est pas même assez bien de connaître la langue étrangère contre laquelle on lutte et l’idiome maternel dans lequel on écrit ; mais qu’il faut encore dans le traducteur une sagacité, une force, une chaleur de conception presque égale à celle du génie dont il se pénètre, pour ne faire qu’un avec lui ; en sorte que le don de la création soit le seul avantage qui distingue l’auteur traduit de son interprète.
    Marmontel, Éléments de littérature
  • C’est merveilleux d’être trahi dans la langue d’un autre.
    Michel Tremblay, à propos de la traduction de La Maison Suspendue
  • Malheur aux faiseurs de traductions littérales, qui en traduisant chaque parole énervent le sens. C’est bien là qu’on peut dire que la lettre tue et que l’esprit vivifie.
    Voltaire, Lettres philosophiques
  • Une traduction est une annexion.
    Victor Hugo, « Les Traducteurs », Proses philosophiques de 1860-1865
  • Le traducteur est un peseur perpétuel d’acceptions. Pas de balance plus délicate que celle où l’ont met en équilibre des synonymes. L’étroit lien de l’idée et du mot se manifeste dans ces comparaisons des langages humains.
    Victor Hugo, « Les Traducteurs », Proses philosophiques de 1860-1865
  • Traduire, c’est transvaser un liquide d’un vase à col large dans un vase à col étroit ; il s’en perd beaucoup (on met de l’eau).
    Victor Hugo, Carnets
  • Je traduirai tout avec cette liberté sans laquelle aucune traduction ne s’élève au-dessus du mot à mot.
    Samuel Butler, Erewhon revisited
  • Changer les mots d’une langue faite, c’est altérer la valeur des monnaies dans un empire ; c’est produire la confusion, l’obscurité et la méfiance, avec les instruments de l’ordre, de la clarté et de la foi publique : si on dérange les meubles dans la chambre d’un aveugle, on le condamne à se faire une nouvelle mémoire.
    Rivarol, Discours préliminaire du nouveau dictionnaire de la langue française
  • La traduction étant d’une extrême fidélité, il ne restait donc au versificateur que la liberté des plus étroites que lui concédaient notre sévère langue et la rigueur de notre prosodie. C’est là devoir danser étant chargé de chaînes.
    Paul Valéry, Œuvres
  • Écrire quoi que ce soit, aussitôt que l’acte d’écrire exige de la réflexion, est un travail de traduction exactement comparable à celui qui opère la transmutation d’un texte d’une langue dans une autre.
    Paul Valéry, Variations sur Les Bucoliques
  • Je m'apercevais que ce livre essentiel, le seul livre vrai, un grand écrivain n'a pas, dans le sens courant, à l'inventer, puisqu'il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un traducteur.
    Marcel Proust, Le Temps retrouvé
  • La plupart des traducteurs gâtent leur original, ou par une fausse ambition de le surpasser, qui les rend infidèles, ou par une plate exactitude, qui les rend plus infidèles encore.
    Voltaire, Mélanges littéraires, « Traductions »
  • On dit que madame de Sévigné les comparait à des domestiques qui vont faire un message de la part de leur maître, et qui disent souvent le contraire de ce qu’on leur a ordonné.
    Voltaire, Mélanges littéraires
  • C’est une imitation dans laquelle on invente, une invention dans laquelle on imite. […] Nulle imitation n’est moins machinale, n’exige plus le travail de la pensée.
    Jules Michelet, Discours prononcé au collège de Sainte-Barbe
  • On n’en aime que mieux à lire les traductions quand on entend les langues. Les traductions alors soulagent et exercent en même temps, car on peut comparer. Il en est de même des extraits quand on a lu les livres entiers.
    Joseph Joubert, Carnets 2
  • Aucun problème n’est aussi consubstantiel aux lettres et à leur modeste mystère que celui que propose une traduction.
    Jorge Luis Borges, Les Traductions d’Homère, trad. J.-P. Bernès
  • Je le dis comme je le pense, les traducteurs sont la fleur de sel de l’édition.
    Jean Rouaud, Assises de la traduction littéraire en Arles
  • La pensée intime de l’original s’évapore facilement dans la traduction, et il ne reste que du clair de lune empaillé.
    Heinrich Heine, Poèmes et légendes, trad. Gérard de Nerval
  • L’intraduisibilité est une idole que tout traducteur brise à chaque traduction nouvelle.
    Jacques Ancet, entretiens parus dans la revue Prétexte
  • À propos de l’art de traduire : « Nul ne peut estimer quel tourment d’esprit et quelle croix d’entendement c’est, qui ne l’a essayé. »
    Jacques Amyot, Œuvres morales de Plutarque