Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Atelier de traduction thématique en Suisse : Rappel

Atelier de traduction thématique en Suisse : Rappel

Depuis 2009, le Centre de traduction littéraire de Lausanne (CTL) propose chaque année un atelier de traduction thématique. Adressé aux traducteurs professionnels ayant pour langue cible le français ou l’allemand, l’atelier a pour particularité de réunir dans un même groupe de travail différentes langues sources. L’attention portée au texte traduit s’en trouve ainsi renforcée.
Répartis par langue cible en deux groupes de travail, les participants travaillent sous la direction d’un traducteur expérimenté et qualifié. Les traducteurs travaillent sur leurs propres textes ainsi que sur les textes des autres participants.
Initié en collaboration avec Pro Helvetia (Fondation suisse pour la culture) dans le cadre du programme Moving Words, l’atelier a lieu tous les ans.

Traduire la polyphonie
Avec Christophe Mileschi et Beate Thill

Langue-cible allemand ou français, toutes langues de départ confondues.
Du 22 au 25 septembre 2016 au Château de Lavigny (Suisse)

« Traduit de … ». Cette formule connue oblitère une partie de la réalité des traducteurs. La langue des livres, bien souvent, n’est pas unique. Qu’ils soient émigrés, qu’ils écrivent dans une langue seconde ou qu’ils souhaitent mettre en valeur un parler régional ou en jouer par l’écrit, nombreux sont notamment les auteur-es produisant des textes polyphoniques qui, au moment d’être traduits, exigent des traducteurs et traductrices une grande créativité.
Que deviennent les échanges polyphoniques lorsqu’une tierce langue est introduite, celle de la traduction ? Comment restituer dans le français « académisé », normalisé et normalisateur, toutes les nuances d’un texte plurilingue où, par exemple, le dialecte ne se contente pas d’apporter une couleur locale, mais devient bel et bien un des enjeux décisifs du récit, en quelque sorte le personnage central. Il ne s’agit plus seulement de «rendre» en français des mots, expressions et tournures insolites, venant pimenter ça et là le texte ; il faut encore rendre compte de la tension entre une langue policée et un parler du quotidien, entre la langue officielle et une langue des choses et de l’intime.
Il s’agira lors de cet atelier d’explorer les moyens et les stratégies dont le traducteur ou la traductrice d’un tel texte polyphonique dispose – ou qu’il lui faut tâcher d’inventer – pour rendre compte des implications à la fois cognitives, poétiques et politiques que cette tension comporte. »

Date limite des candidatures : 20 juillet 2016.
Renseignements et dossier de candidature sur le site du CTL.

0 Avis

Laisser une réponse