Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

À lire, à voir… mars 2019/2

À lire, à voir… mars 2019/2

Les écrivains traducteurs

Le volume XXXI des Travaux de littérature de l’Association pour la diffusion de la recherche littéraire (ADIREL), est consacré aux écrivains traducteurs du Moyen Âge à nos jours : Du Bellay, Victor Hugo, Baudelaire, pour ne citer que des noms connus de tous. L’ouvrage vient de paraître aux éditions Droz et vous pouvez prendre connaissance du sommaire sur le site de l’ADIREL ou sur celui des éditions Droz.

Quand les auteurs étaient des nains

La suite du titre est : Stratégies auctoriales des traducteurs aux XIVe et XVe siècles. L’ouvrage traite de la figure du traducteur à l’aube de la Modernité. Présentation et sommaire sur le site des éditions Brepols.

 

Shakespeare pornographe

L’ouvrage est paru le 15 mars dernier aux éditions de l’ENS. Il y est question des «péripéties salaces du langage» et des doubles ententes à l’oeuvre dans toutes les pièces du dramaturge. L’auteur, Jean-Pierre Richard, participe depuis 1995 à l’édition des Œuvres complètes de Shakespeare dans la « Bibliothèque de la Pléiade ».

Balzac et la langue

Cet ouvrage d’Eric Bordas, professeur de stylistique à l’ENS, est paru aux éditions Kimé. Il porte sur la langue et la grammaire, souvent décriées, de Balzac et peut intéresser spécialistes de littérature, traducteurs et gens de théâtre.

Interview croisée de Sika Fakambi et Georges Lory

Sika Fakambi est lauréate du prix Baudelaire et du prix Laure-Bataillon, elle dirige aussi la collection «Corp/us» aux éditions Isabelle Sauvage. Georges Lory dirige la collection « Lettres africaines » chez Actes Sud, il a traduit notamment Breyten Breytenbarch, Nadine Gordimer et J. M. Coetzee. Ils ont en commun d’avoir grandi dans un univers multilingue, ils nous font découvrir l’un et l’autre le continent africain, mais leur intérêt pour la traduction est très différent. Je ne saurais que trop recommander cette interview parue dans le numéro 200 du Matricule des Anges (février 2019) et reprise au format pdf sur le site du Centre de traduction littéraire de Lausanne.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*