Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs
scatvids.club A LOT OF CRAP

À lire, à voir… avril 2019/2

À lire, à voir… avril 2019/2

Une fois retraduit, plus tout à fait le même livre

Dans cet article de la République des livres, l’auteur s’intéresse à plusieurs retraductions : celle  des  Géorgiques de Virgile, en premier lieu, par Frédéric Boyer, qui a préféré pour titre Le Souci de la terre, et celle des Confessions d’un masque de Yukio Mishima par Dominique Palmé, traduit directement du japonais et non à partir de sa version anglaise. Il y aborde aussi la question des rapports entre l’auteur et son traducteur en évoquant les exemples de Mario Vargas Llosa et Aharon Appelfeld.

de ligne en ligne

Pour annoncer la 5e édition du Printemps de la traduction, les auteurs du numéro 29 de la revue de ligne en ligne de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou sont allés à la rencontre de trois traductrices : Dominique Vitalyos, Dominique Vittoz et Aline Schulman. L’article, disponible sur le site de la BPI, donne envie d’aller plus loin.

À la Fondation Jan Michalski

Dans le cadre de sa programmation, la Fondation Jan Michalski a organisé fin mars une rencontre avec le journaliste et écrivain suisse de langue allemande, Peter Stamm. Cette rencontre était modérée par Stéphane Maffli, on peut aujourd’hui l’écouter sur Youtube à cette adresse. Les textes de Peter Stamm ont été traduits en français aux éditions Bourgois par Nicole Roethel, essentiellement, et Jean-Pierre Deshusses. Le dernier titre paru en français s’intitule La douce indifférence du monde.

Sur la plateforme OpenEdition

De nombreux ouvrages s’intéressent depuis quelques années à l’histoire de la traduction. L’ouvrage posthume de Michel Ballard est consacré à l’histoire de la traduction de l’Égypte ancienne à Jérôme. Il a pour titre Antiquité et traduction et il est paru aux Presses universitaires du Septentrion. OpenEdition le propose en accès ouvert.

Du côté de l’ATAA

Un petit tour sur le blog de l’ATAA nous permet de découvrir cette interview d’Odile Manforti, lauréate du Prix de l’Adaptation en sous-titrage d’un film anglophone pour Cro Man et, avec Delphine Hussonnois, du Prix de l’Adaptation en sous-titrage d’une série télévisée pour Counterpart.

0 Avis

Laisser une réponse