Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

À lire, à écouter/ mars 2021

À lire, à écouter/ mars 2021

Le Tournant des rêves – Traduire en français en 1936
Bernard Banoun, Michaela Enderle-Ristori
Presses universitaires François-Rabelais, février 2021

1936 est restée dans les mémoires. En France, c’est l’année de la victoire du Front populaire. Dans le monde, particulièrement en Espagne, en Allemagne, en Italie et en Union soviétique, la violence s’exacerbe. Année de fortes tensions politiques et idéologiques, 1936 a aussi vu naître des mouvements de solidarité internationale, et des espoirs finalement déçus : c’est « le tournant des rêves » (H. Béhar). Quelle fut dès lors l’incidence du politique sur des stratégies, individuelles autant que collectives, inscrites dans des évolutions plus longues, sur la production culturelle et, plus spécifiquement, sur la traduction d’œuvres étrangères ?

Revue Critique n° 886
La traduction, art de l’intranquillité
Éditions de minuit, mars 2021

La traduction a longtemps été définie comme un art – mineur. Récemment tirée de son statut ancillaire, elle a été ceinte d’une double auréole épistémologique et éthique, avec pour mission de réunir une humanité séparée depuis Babel. Cette irénique euphorie est vite retombée et le mot « passeur » est passé de mode. Mais l’intérêt porté à la traduction est plus vif que jamais. Car ses enjeux sont non seulement linguistiques, littéraires ou philosophiques, mais politiques, économiques, géostratégiques. Les travaux qui lui sont consacrés, en renonçant à l’apologétique, ont gagné en acuité critique. Faisant intervenir plusieurs disciplines des sciences humaines aux côtés des études littéraires, de la linguistique et de la philosophie, ils donnent une nouvelle profondeur de champ à la réflexion née des questions de traduction. De ce renouveau, le présent numéro de Critique se veut l’écho.

France-Culture, semaine du 8 mars 2021
« Traduire qui, comment, pourquoi », série d’émissions
Par les temps qui courent, Marie Richeux

Passer d’une langue à l’autre, ça peut être l’aventure d’une vie ! Cinq traductrices sont à notre micro pour en parler cette semaine. Qu’elles traduisent Foster Wallace, Haruki Murakami, Dante, Deborah Levy, Robert Walser, Anna Burns, Maggie Nelson, elles ont chacune un rapport singulier à la langue de départ et à celle d’arrivée. L’occasion de déplier tous les aspects du travail de traduction, de nous donner plus que jamais envie de lire, et de nous interroger nous-mêmes sur les langues que nous parlons, lisons, dans lesquelles nous vivons !

Trois interviews de traductrices, membres de l’ATLF

 

0 Avis

Laisser une réponse