Défendre les traducteurs, promouvoir la traduction

Retrouvez ici les joutes de traduction du festival America

Retrouvez ici les joutes de traduction du festival America

René_d'Anjou_Livre_des_tournois_France_Provence_XVe_siècle_Barthélemy_d'Eyck

Oyez, oyez ! Deux joutes de traduction, organisées par l’ATLF, ont eu lieu dans le cadre du festival America à Vincennes, le vendredi 13 et le samedi 14 septembre 2014. Une première en France. Le principe : deux traducteurs reçoivent, quelques jours à l’avance, un texte inédit d’un auteur invité au festival. Chacun le traduit en solo, et découvre la version de l’autre en direct. Il lui revient alors de défendre ses choix de traduction et de répondre aux questions du public.

Pour la joute du samedi, Nicolas Richard et Charles Recoursé avaient traduit une nouvelle inédite de l’Américain Tom Drury, Heroin Man. Devant une salle comble, Emmanuèle Sandron, l’animatrice de la rencontre, a interrogé les deux jouteurs sur leurs options de traduction. Pourquoi ce titre ? Commet aborder la répétition ? Comment rendre le punch des répliques assassines que s’échangent les enfants du narrateur d’un air angélique ?
Chaque jouteur a habilement plaidé sa cause, quand il ne s’est pas fait le défenseur des choix de son adversaire. Une citation des Métamorphoses d’Ovide, « how useful », qui revient trois fois dans la nouvelle et qui lui sert de chute, leur a donné du fil à retordre à tous les deux. La solution la plus convaincante est venue du public : « De l’utilité du désastre. »
L’auteur, appelé à rejoindre les jouteurs à la tribune, a lu de bonne grâce de nombreux extraits de son texte et en a expliqué les passages les plus difficiles, comme cette obscure histoire de tapis tressé. Les discussions se sont poursuivies en coulisses, les jouteurs n’étant pas d’accord sur la traduction à donner à siblings dans ce contexte : « frères et sœurs » ou « enfants » ? Dilemme insoutenable, que l’auteur a tranché par la suite : il s’agissait bien des frères et sœurs du personnage.
Pour les personnes désireuses d’approfondir, le texte de cet atelier de traduction pas comme les autres est téléchargeable ici : Joute Tom Drury.

Puis, le dimanche, pour la rencontre « arbitrée » par Cécile Deniard, ce sont Anne Rabinovitch et Isabelle Perrin qui ont confronté leurs visions d’un extrait de New Year’s, une nouvelle d’Adelle Waldman.
L’extrait traduit consistait en un portrait de l’héroïne de la nouvelle. Tandis qu’Isabelle Perrin, qui avait choisi de se lancer dans l’exercice spontanément, sans rien lire d’autre d’Adelle Waldman, nous en a donné une interprétation pleine d’espièglerie, assez adolescente et « girly », allant jusqu’à commettre volontairement quelques anachronismes (« bolosse » étant le plus spectaculaire) pour le plaisir de jouer le jeu et de pousser l’exercice jusqu’à ses limites, Anne Rabinovitch, connaissant bien l’univers de l’auteur dont elle vient de traduire La Vie amoureuse de Nathaniel P., en proposait de son côté une vision plus sérieuse – illustrant une nouvelle fois l’importance de la subjectivité du traducteur.
Comme lors de la première joute, le public a participé et posé des questions nombreuses et précises, interpellant sans merci les jouteuses à propos d’une majuscule à « Américaine » ou d’un point-virgule disparu à la traduction !
Pour télécharger le texte et étudier les deux versions à tête reposée, c’est ici : Joute America.

Le public était au rendez-vous, au point que nous avons malheureusement dû refuser du monde – et nous nous en excusons auprès des personnes qui se sont cassé le nez à la porte. Une conclusion s’impose pour la prochaine édition du festival : il faudra prévoir des salles plus grandes !

2 Avis

  1. MARTIN Jérôme 3 années ll y a

    Bonjour! Bravo pour l’organisation et l’animation de ces joutes! J’ai adoré! Quelle richesse! J’ai découvert que la grammaire et l’orthographe se débattaient!!!! Avez vous imaginé organiser de tels évènements en milieu scolaire, je pense que élève cela m’aurait donné l’appétit d’apprendre! Ces joutes réuniraient professeurs de langues vivantes et de français!
    Encore bravo! Serait-il possible de connaître vos prochaines dates?
    En tout cas j’adorerai vous inviter à Montpellier 😉
    Amitiés
    A bientôt
    Jérôme

    • valerieadm 3 années ll y a

      Bonjour, et merci pour votre enthousiasme ! Pris comme nous l’étions par le lancement de ce site tout neuf, je crains que nous n’ayons pas vu votre commentaire et que nous ne vous ayons pas encore répondu. Nous serions ravis de prendre contact avec vous en privé – n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse gro.f1511520416lta@f1511520416lta1511520416
      Bien cordialement, l’ATLF

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*