Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Prix Carbet de la Caraïbe 2017

Prix Carbet de la Caraïbe 2017

Kei Miller a reçu le 28e prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde
pour son roman By the rivers of Babylon, traduit par Nathalie Carré (Zulma, 2017)

Depuis sa création, en 1990, le Prix Carbet de la Caraïbe récompense chaque année une œuvre littéraire créolophone ou francophone au terme d’une semaine culturelle animée de rencontres, lectures, débats, projections, concerts et expositions.

« Le Prix Carbet, porté par l’Institut du Tout-Monde, récompense chaque année une œuvre de la Caraïbe ouverte aux imaginaires et aux identités multiples, particuliers et complémentaires.
La créolisation du monde fonde la vocation du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde dont l’ambition consiste à :
– Contribuer à une meilleure compréhension des phénomènes et processus de créolisation,
– Favoriser la diffusion de l’extraordinaire diversité des imaginaires des humanités, qui s’expriment, se disent, se relayent et se relient, à travers la multiplicité des langues, la pluralité des expressions artistiques et des modes de vie nouveaux.
La créolisation du monde se poursuit, l’humanité se révèle.
Au-delà de la langue, au-delà de la Caraïbe, le Prix Carbet contribue à la promotion d’une autre vision du monde, un monde ouvert, composite, un monde riche de ses mélanges et singularités, un monde éloigné d’un universel généralisant, un tout-monde. Le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde, qui rassemble les sensibilités de notre région autour des productions littéraires créolophones et francophones, veut contribuer à défendre et à illustrer l’unité-diversité (ainsi que sa première proclamation en 1990 le soulignait) de nos cultures caraïbes. »

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*