Promouvoir la traduction, défendre les traducteurs

Mémoires du livre : Le traducteur et ses lecteurs

Mémoires du livre : Le traducteur et ses lecteurs

 

 

Volume 9, numéro 1, automne 2017
Le traducteur et ses lecteurs / Translators and their Readers

Les avatars du texte en traduction : Réflexions d’une praticienne
Françoise Wuilmart

 

« La traductrice littéraire belge Françoise Wuilmart affirme que le traducteur « est ou devrait être le lecteur le plus ouvert et attentif qui soit » de l’œuvre originale. C’est là une exigence communément admise. On ne se demande que rarement, en revanche, de quelle manière il convient de le lire, lui, ce traducteur, si tant est qu’on ait conscience de lire une traduction.

Le présent numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture, a souhaité porter une attention particulière aux multiples instances de lecture de la traduction, celle qu’en fait le traducteur lui-même, mais aussi les acteurs de la chaîne éditoriale et, enfin, le lectorat auquel elle est destinée. Plus particulièrement, il pose les questions suivantes :

– Le traducteur est lecteur de l’œuvre originale, certes, mais aussi lecteur de « lui-même », dans son atelier. Qu’est-ce qui dicte ses choix, face aux versions qui s’offrent à lui en cours de travail?

– La traduction est lue et transite par l’éditeur. Ce dernier est susceptible d’intervenir, entre autres, dans le choix des textes à traduire et du traducteur lui-même, dans celui de la stratégie de traduction à adopter et, enfin, dans la manière dont seront commercialisées et diffusées les œuvres traduites. Au service de qui se met-il surtout : de l’auteur, du traducteur ou du lecteur?

– Quelles sont les contraintes au travail du traducteur que posent tant le réviseur (notamment en raison de la conception plutôt normative de la langue qu’il est susceptible d’avoir) que le maquettiste (dont les illustrations et la mise en page constituent souvent un carcan, notamment en traduction de textes pragmatiques)?

– Lit-on différemment un texte traduit et un texte en version originale? Pourquoi?

– Comment les lecteurs abordent-ils les ouvrages édités en version bilingue?

– La médiatisation croissante de l’acte de traduire et la visibilité grandissante des traducteurs modifient-elles la perception des lecteurs, qui ont de plus en plus conscience de lire des traductions?

Placé sous la direction de Véronique Béghain (U. Bordeaux Montaigne), Shirley Fortier (U. de Sherbrooke) et Patricia Godbout (U. de Sherbrooke), le numéro est disponible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2017-v9-n1-memoires03394/« 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*